Pour des alternatives aux pesticides chimiques...

Pour des alternatives aux pesticides chimiques...

Message non lude Paul Vincent le 18 Jan 2009, 22:02

Cyber @ction 295: Pour la reconnaissance des alternatives aux
pesticides de synthèse


cette cyber @ction est signable en ligne
http://www.cyberacteurs.org/actions/action.php?id=365

Les sénateurs comme les députés ont voté un amendement dit «
Préparations Naturelles Peu Préoccupantes » à la loi sur l’eau en
décembre 2006. Cet amendement avait pour but de corriger la LOA (loi
d’orientation agricole) de janvier 2006 en prévoyant une procédure
simplifiée, fixée par décret, destinée à permettre leur
commercialisation et leur utilisation.

Concrètement, avec la LOA, quasiment tous les produits naturels
s’étaient retrouvés exclus des produits autorisés à l’usage dans nos
champs, nos jardins mais aussi nos villes, du fait des coûts
exorbitants des homologations et de l’inadaptation des procédures.
Un moyen subtil de laisser le monopole aux pesticides de synthèse.

Pour l’instant, la loi Grenelle 1 ne reprend pas l’amendement PNPP de
la loi sur l’eau
(... suite sur le site indiqué plus haut...)
Paul Vincent
 
Messages: 2567
Enregistré le: 21 Mar 2008, 11:54



Re: Pour des alternatives aux pesticides chimiques...

Message non lude Paul Vincent le 06 Oct 2009, 17:08

LETTRE AUX ELUS
de Jean-pierre GAUME, 5 Av. Valioud – 69110 Sainte-Foy-lès-Lyon
Secrétaire du MNLE69 Mouvement National de Lutte pour l'Environnement
Association de lutte pour l’environnement du département du Rhône,
agrément préfectoral n°2001-655 pour la protection de l’environnement,
Siège social : Maison Rhodanienne de l’Environnement
32, rue Ste-Hélène 69002 LYON
Tél : 04 78 73 03 94 Fax : 04 72 49 18 19
E.mail : mnle-ra@wanadoo.fr site Internet : http://assoc.orange.fr/mnle-ra/

Madame, Monsieur,

Les sénateurs comme les députés ont voté un amendement dit PNPP
(Préparations Naturelles Peu Préoccupantes) à la loi sur l’eau en décembre
2006 pour corriger la L.O.A (Loi d’Orientation Agricole) de janvier 2006,
cette dernière posant un interdit sur les produits non homologués de type
« purin d’ortie ».

Trois ans plus tard, contrairement à de nombreux Etats européens, les PNPP
restent interdites en France.
Un décret demande, comme pour les pesticides
de synthèse, l’inscription des matières actives utilisées sur une liste
européenne selon une procédure inadaptée, très coûteuse et complexe.

Financé par le ministère de l’agriculture, l’ITAB (institut technique de
l’agrobiologie) avec l’aide de l’Afssa, a fait une tentative pour le dossier de la
prêle. Echec complet après trois mois de travail… pour plus de 50 000 euros…

Ceci est en totale contradiction avec l’amendement voté en 2006 qui
indiquait :
Ces dispositions (concernant la mise sur le marché,
l’utilisation et la détention des produits phytopharmaceutiques) ne
s’appliquent pas aux préparations naturelles peu préoccupantes (déclarées
‘‘sans danger sanitaire potentiel’’ réels en regard des pesticide)
La contradiction est encore plus grande avec la loi Grenelle I qui dit :
Amendement n°294 rectifié /bis/,
Compléter la troisième phrase du septième alinéa (c) de cet article par les
mots :
« ‘‘et en facilitant les procédures d'autorisation du public ou des
personnels de collectivités publiques locales ou territoriales à réaliser
des préparations naturelles peu préoccupantes’’… ».


L’objectif de réduire de 50% la quantité de pesticides employés à l’horizon
2018 (2) prendra tout son sens si les producteurs, les jardiniers et les
collectivités territoriales -locales ou européennes - ont accès à ces
alternatives (que représentent les PNPP), ou à d’autres techniques
parallèles « naturelles ou élaborées» actuellement en diffusion publique,
telles que :
= la lutte biologique, biothérapie par résistance biologique des
plantes (par sélection).
= les pratiques bien établies de la lutte intégrée et les méthodes
de l’allélopathie (1), utilisées déjà « sans le savoir » par les bios et les
jardiniers amateurs, ou théorisées, c'est-à-dire issues de recherches
appliquées du CNRS ou de l’INRA, à savoir :

- par la lutte biologique (utilisation d’organismes vivants), - chimique
(raisonnée), - physique : pièges thermiques, épandage d’extraits végétaux, -
plantes tropicales.

- par la lutte variétale : épandage par saturation de l’air de phonèmes
sexuels en vue de stérilisation d’espèces, ou épandage d’organismes
phytophages (acariens contre acariens) – lâcher d’insectes parasitoïdes
(trichogrammes- tachinaires et micro-insectes tels que - acariens et autres
Chrysophes, Hémeropes, Cyrtes, Syrphus (larves de petites mouches), punaises
chasseuses et petites guêpes ou coccinelles… que les pesticides anéantissent !)


Je vous demande donc de faire en sorte que la reconnaissance des PNPP soit
intégrée à la loi Grenelle II
pour en favoriser le développement en tant
qu’alternatives aux pesticides et de soutenir l’amendement de MC Blandin :
Après l’article 40, insérer un article additionnel ainsi rédigé : « Le ou
les éléments naturels non génétiquement modifiés, à partir desquels sont
élaborés les préparations naturelles peu préoccupantes, sont inscrits dans
une liste tenue à jour et publiée par le ministre de l’agriculture. Sont
inscrites de droit sur cette liste, les plantes visées par les articles
D.4211-11 et L. 5121-14-1 du code de la santé publique.

« Les préparations naturelles peu préoccupantes ne sont pas des produits
phytopharmaceutiques au sens de la directive 91/414/CE » mais des «
ressources populaires » et économiques, issues des recettes de la
paysannerie traditionnelle,- française ou européenne, et « transmises par
nos anciens ».

Je vous prie de me tenir au courant de la suite que vous donnerez à mon
courrier pour que nous puissions connaître la position de nos élus sur ce point.

Recevez, Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations citoyennes.

Jean-pierre GAUME

(1) Créé par l’allemand MOLISCH en 1937 pour décrire les interactions
biochimiques entre les plantes, le terme allélopathie a été consacré par
l’Etats-unien E.L. RICE en 1984 pour désigner « tout effet direct ou
indirect, positif ou négatif, d’une plante (micro-organisme inclus) sur une
autre ». Ce potentiel allélopathique devrait être développé pour se
substituer aux pesticides de synthèse et vulgarisé et/ou exporté aux pays en
voie de développement.

(2) Voir ci-dessous le Rapport d’information sur les pesticides du 2 Juin 2009
déposé par Alain GEST et enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale

Fichiers joints
rapport sur les pesticides 6-2009.pdf
présenté par M. ALAIN GEST, Député.
(330.56 Kio) Téléchargé 116 fois
le-double-probleme-de-bayer 4-2009.pdf
Document Greenpace contre un riz OGM et un pesticide associé
(1.06 Mio) Téléchargé 122 fois
le-double-probleme-de-bayer pétition riz 5-2009.pdf
(437.74 Kio) Téléchargé 123 fois
Paul Vincent
 
Messages: 2567
Enregistré le: 21 Mar 2008, 11:54




Retourner vers AGRICULTURE

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron